Vente d’un terrain non viabilisé

Extérieur

Vente d’un terrain non viabilisé

Un terrain non viabilisé n’est pas nécessairement un terrain non constructible. En fait, il s’agit d’un terrain qui n’est pas encore raccordé. Il est toujours dépourvu d’eau potable, d’électricité, de téléphone et de voie d’accès, mais ça ne l’empêche pas pour autant d’être bâtissable. D’un côté, nous verrons comment vendre un terrain non viabilisé. D’un autre côté, nous parlerons des conditions préalables à sa vente.

Comment  vendre un terrain non viabilisé ?

Il est bel et bien possible de vendre un terrain non viabilisé. Il suffit de s’adresser à la bonne personne et le tour est joué. En effet, on a bien tort de penser qu’un terrain comme tel ne peut pas faire l’objet d’une vente.

D’ailleurs, tout sol reste toujours exploitable, peu importe sa viabilité. Ainsi, pour vendre un terrain non viabilisé, il suffit de s’adresser à un promoteur immobilier. De plus, il vaut mieux s’en remettre à des spécialistes qu’à de simples particuliers dans ce cas-là. Il en est le cas pour l’immobilier en Belgique.

Quelles sont les conditions préalables à la vente d’un terrain non viabilisé ?

Il faut d’abord remplir certaines conditions avant de procéder à la vente d’un terrain non viabilisé. Avant tout, il faut obtenir le certificat d’urbanisme du terrain en question. De cette manière, on pourra déterminer s’il est constructible ou pas.

Ensuite, il ne faut pas négliger l’examen du plan local d’urbanisme. En fait, il est indispensable tant pour définir la capacité physique du terrain, mais aussi pour déterminer les charges de la construction.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier non plus de faire borner le terrain par un géomètre-expert. Cela est nécessaire tant pour sa délimitation, mais aussi pour l’obtention de ses véritables dimensions. D’ailleurs, ces conditions sont primordiales pour permettre à l’acheteur de connaitre la situation exacte du terrain à vendre, mais aussi pour mieux le préparer à ce qui l’attendra.

Back To Top